Ah, quel dommage que le premier article de cet intéressant recueil ne soit pas celui signé par Dominique de Courcelles ! Le lecteur en eut été charmé et il aurait aisément combattu l’envie qui le serre dès les premières pages de reposer ce livre en se répétant tout le mal qu’il pense des ouvrages universitaires. Il faut absolument vaincre cette impression de départ car l’oeuvre est en tout point appréciable et l’on passerai à côté d’un fort beau morceau d’analyse philosophique, voire psychologique, de la mystique de Bergson, de Bataille et d’un beau florilège de penseurs du XXème siècle.
Trépignons d’impatience, donc, face à ces notes de bas de page, dont certaines frisent la demi-page et encombrent la lecture de détails qui, s’ils étaient absolument indispensables, auraient naturellement trouvé leur place dans le corps du texte. Trépignons ou plutôt, passons au dessus pour plonger dans ce sujet rarement abordé de la place – et de la position – de la mystique dans les deux grandes guerres du XXème siècle. C’est riche, passionnant et, sauf si l’on est un spécialiste de la question ou un théologien, largement inconnu du public. Amateurs d’histoire contemporaine, étudiants ou théologiens, ce livre mérite votre regard – mieux : votre lecture ! – car il ouvre une nouvelle porte dans la recherche et vous ne manquerez pas d’en apprécier les perspectives.

La mystique face aux guerres mondiales, sous la direction de Dominique de Courcelles et Ghislain Waterlot, PUF éditions, 297 pp, 22 €



Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Envie de reagir ?